Tuesday, November 17, 2015

3ème jour

 photo 250 1 IMG_6908_zpssbopjd1b.jpg
Toulouse, Place du Capitole, 16 novembre 2015


 photo 250 2 IMG_6903_zpslhdc17kn.jpg
  Place du Capitole, 16 novembre 2015 

Arthur Rimbaud (1854-1891) « Ma bohème »  lu    écrit

My Bohemia
I ran off, fists in my ragged seams:
Even my overcoat was becoming Ideal:
I went under the sky, Muse! I was yours:
Oh! What miraculous loves I dreamed!

My only pair of pants was a big hole.
– Tom Thumb the dreamer, sowing the roads there
With rhymes. My inn the Sign of the Great Bear.
– My stars in the sky rustling to and fro.

I heard them, squatting by the wayside,
In September twilights, there I felt the dew
Drip on my forehead, like a fierce coarse wine.

Where, rhyming into the fantastic dark,
I plucked, like lyre strings, the elastics
Of my tattered shoes, a foot pressed to my heart.
(translation)


 photo 250 3 IMG_6913_zpscujqrib3.jpg

32 comments:

  1. Beau poeme, et j'aime surtout la derniere photo.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Beaucoup se sont penchés sur ce simple cœur rempli de symbole.

      Delete
  2. Les poètes ont tant écrit sur et pour la liberté...

    ReplyDelete
    Replies
    1. Longue vie aux poètes!

      Delete
  3. Léo est comme moi,Il écrit une des poèmes préférés.
    que rajouter!

    ReplyDelete
    Replies
    1. Des lectures qui rapprochent.

      Delete
  4. Curieux, et intéressant de lire en Anglais ce beau poème emblématique.
    La photo des fleurs est belle...comme un coeur.

    Je t'ai répondu sur mon blog, voici un lien pour expliciter mon allusion:

    http://zazipo.net/Bistrot-sanglant

    ReplyDelete
    Replies
    1. Merci, du coup, j'y suis retournée.

      Delete
  5. Je suis très touchée par tout se qui se fait, comme ça, ces petits gestes. Malheureusement, je crois que vivre d'amour et d'eau fraîche ne résoudra pas nos soucis qui vont aller croissant...

    ReplyDelete
    Replies
    1. Difficile de répondre par blog interposé bien sur. Il y a des solutions possibles pourtant mais encore faut-il le vouloir et s'y mettre.

      Delete
  6. Une minute de silence pour penser aux victimes, c'est peu.
    Ce drame va occuper nos pensées durant des mois...

    Trois drapeaux identiques, ou bien ?....

    ReplyDelete
    Replies
    1. De gauche à droite; le drapeau européen, français et occitan.

      Delete
  7. Superbe mais quelle tragédie que l'on n'oublira pas de si tôt , j'adore Rimbaud

    ReplyDelete
    Replies
    1. Il ne faut pas oublier.

      Delete
  8. J'ai bien du mal à commenter ce matin sur cette affreuse tragédie, d'autant qu'en même temps j'entends à la radio qu'il y a une intervention de la police dans un bastion de barbares à Saint Denis. Sans qu'on le sache, les loups sont et seront toujours dans la bergerie.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Une grosse boule dans la gorge n'est ce pas?

      Delete
  9. L'émotion a été d'autant plus grande à Toulouse qu'a dû remonter en mémoire les tragédies précédentes qui paraissaient toutefois plus circonscrites (l'explosion de l'usine AZF, les tristes oeuvres de Merah). On se reconstruit, mais on n'oublie pas...
    J'ai entendu hier que la minute de silence serait une sorte de prière laique

    ReplyDelete
    Replies
    1. A propos de la traduction du poème, je m'extasie toujours que Baudelaire ait pu découvrir Poe et le traduire, ce sont ses mots qui lui ont donné tant de force (je l'ai lu quelque part car je n'ai pas lu Poe dans le texte)

      Delete
    2. « La première fois que j’ai ouvert un livre de lui, j’ai vu, avec épouvante et ravissement, non seulement des sujets rêvés par moi, mais des phrases pensées par moi, et écrites par lui vingt ans auparavant. » (Lettre de Charles Baudelaire à Théophile Thoré, 1864)

      Delete
    3. Superbe cette phrase. La connivence à travers le temps, la rencontre qui ne se fait qu'à travers les mots et les pensées...

      Delete
    4. J'aime bcp "le Parisien Magazine". Ce matin : "et maintenant on fait quoi ?" en couverture, fond noir, deux chaises, une jaune, l'autre grise, deux verres pleins sur une table de bistrot...
      Dans le dossier spécial : "Toulouse ville à vif"

      Delete
    5. "Et maintenant..." avait été ma conclusion pour l'épisode "Charlie H."
      On pourrait effectivement reposer la même question. Il faut dire que Toulouse est particulièrement touchée directement ou indirectement.

      Delete
  10. on a tant dit, tant écrit, tant vu, que j'ai perdu mes mots moi aussi !
    il reste cette grande tristesse et mes pensées pour ceux qui ont
    perdu la vie, leur famille et amis

    ReplyDelete
  11. Coucou Thérèse.
    Pourrait figurer aussi "Le Dormeur du Val "...
    Bonne journée.
    A + ☺ ♥ ☼

    ReplyDelete
    Replies
    1. Oui Daniel, il figurait fièrement parmi les textes alignés sur les minces parapets du Capitole au centre de Toulouse.

      Delete
  12. J'avais appris cette poésie en 5ème. Je crois que c'est la première (d'une longue liste) à m'avoir autant touchée.
    Et pourtant, l'homme aux semelles de vent dont on a fait un symbole (Le dormeur du val), a mené une drôle de vie. Il aura à peu près tout fait y compris du trafic d'armes.

    J'essaie de comprendre aussi...

    ReplyDelete
    Replies
    1. On se sent déjà mieux d'essayer même si les réponses engendrent à leur tour des questions.

      Delete
    2. Bien sûr. Nous ne faisons malheureusement pas partie des grands initiés Thérèse mais peut-être qu'une partie des réponses se trouve dans le passé (pas très lointain).

      Un lien qui remonte un peu le moral, le billet a été écrit par un algérien occitan :

      http://magydcherfi.com/

      Delete
  13. Touchée par ce que tu réponds à Cergie :"j’ai vu, avec épouvante et ravissement, non seulement des sujets rêvés par moi, mais des phrases pensées par moi...". » Quelle émotion toujours de toucher par la lecture cette connivence humaine à travers le temps et l'espace !

    ReplyDelete