Monday, November 10, 2014

Le langage des photos

 photo 1352IMG_4263_zps1546a68f.jpg Tournefeuille, médiathèque, septembre 2014 

ManifestO, 12ème festival d’images
Parmi les exposants: Arno Brignon

The photo language 
ManifestO, 12th Images Festival
Among the exhibitors : Arno Brignon
   photo 1351IMG_4262_zps58ece781.jpg

Ceuta, une ville de 85 000 habitants, déclarée indépendante en 1995, espagnole suite à la guerre de 1859 entre le Maroc et l'Espagne, pourtant le Maroc revendique Ceuta depuis sa propre indépendance en 1956.
La barrière de Ceuta est longue de 8 kilomètres, certains disent même 11.  Cette barrière délimite la frontière entre le Maroc et l'Espagne et est financée par l'Europe, Ceuta faisant partie de l'Union Européenne.

Arno Brignon nous explique à travers ses photos  qu'il y a un immense trafic entre le Maroc et l'enclave de Ceuta, en autres ces milliers de femmes marocaines qui chaque jour amènent de la marchandise «ce sont les portadoras (porteuses) dénommées aussi "mujeres mulas" (femmes mulets) Elles transportent chaque jour sur leur dos des fardeaux pesant jusqu’à 70 kilos" pour environ 5 euros par voyage.

The little Spanish enclave in Morocco territory
Ceuta, 85 000 inhabitants, an independent city since 1995, declared Spanish following the war between Spain and Morocco in 1859 but Morocco has been claiming the city since 1956 date of its own independence.

The barrier along Ceuta is 8 kilometers long, some even say 11 kilometers long. The barrier defines the border between Morocco and Spain and is financed by the European community, Ceuta being part of the European Union.

Arno Brignon tells us through these pictures here that there is a huge traffic between Morocco and the Ceuta Enclave. Among other things that each day thousands of Morocco  women bring merchandise into Ceuta "these are the -portadoras- (porters) also called "mujeres mulas" (mule women). Everyday they carry loads up to 70 kilos on their back to earn about 5 euros per trip.


 photo 1353IMG_4260_zpse617cf44.jpg

Pour en savoir un peu plus cet article sur deux documentaristes français qui ont passé sept semaines à Ceuta.

To go a little bit further here is an article (in French) about two documentary makers who staid for seven weeks in Ceuta.
Un film documentaire de 2014   "Ceuta, douce prison"

A documentary movie from 2014 "Ceuta, sweet prison"

On pourrait ensuite parler de Melilla, de Lampedusa...

« Mais je veux me dédier à la vie, au futur de ma communauté. Je refuse d'agrandir encore le cimetière de mon île. Je refuse une politique européenne immorale et honteuse, et la compassion stérile de ceux qui pleurent après la photo d'un enfant mort et ferment leur porte à tous les autres. Vous aussi, refusez ! » a-t-elle exhorté ses auditeurs parisiens, tout en appelant à « construire des politiques communes d'immigration, d'accueil, de sécurité et de lutte contre le terrorisme, pour revenir au projet fondateur de l'Europe, aujourd'hui à l'agonie. »
Giusi Nicolini, maire de Lampedusa, prix Simone de Beauvoir 2016.

We could then switch to Melilla or to Lampedusa…

 photo 1354IMG_1359_zpsb63772a9.jpg
Tempe, Arizona, 2014

26 comments:

  1. (•ิ‿•ิ)✿

    Hello chère Thérèse ! :)

    MERCI pour cette belle publication !!! J'aime ces photos qui en disent + que les mots.

    Passe une agréable journée !

    GROSSES BISES D'ASIE

    ReplyDelete
  2. la première photo symbole de liberté avec l'oiseau qui s'envole au dessus des barbelé, le seconde est tragique et reflète bien l'article... merci pour ces documents

    ReplyDelete
  3. A Ceuta je suis allée avant la naissance de notre fille alors que nous vivions au Maroc, j'avais du faire refaire mon passeport qui était périmé, c'est une anecdote piquante assez longue à raconter. Nous avions l'insouciance de la jeunesse et je en me souviens pas avoir vu ces murs...

    ReplyDelete
  4. "Lampedusa" est un nom si poétique, il me fait penser à Laputa, le "château dans le ciel" de Miyazaki

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Ch%C3%A2teau_dans_le_ciel

    ReplyDelete
  5. Lovely pictures and everything you said.

    ReplyDelete
  6. J'aime surtout la premiere photo, avec la mouette survolant la cloture...vers la liberte.

    ReplyDelete
  7. Coucou Thérèse.
    J'ai le sentiment que l'Espagne à vouloir garder cette enclave lui apporte plus d’inconvénient que d'avantages !
    On peut aussi dire que:(tout comme pour l'amour).
    La raison d’état a des raisons que la raison n'a pas!
    Bonne semaine.
    A + :o)

    ReplyDelete
  8. I can't believe those woman carry that huge load every day.

    ReplyDelete
  9. Ceuta and Lampedusa . . two very isolated places.

    ReplyDelete
  10. Your posts are always so intriguing!

    ReplyDelete
  11. quoi dire et que faire, l'oiseau vole au dessus du mur , pour tous ces hommes et femmes ce n'est pas aussi simple..la deuxième photo est si désolante!

    ReplyDelete
  12. Billet comme d'habitude très intéressant parmi ceux qui parlent à nos consciences.

    Qui parle encore de Lampedusa ? Et comment ?

    Un poème d'Awa Meité van Til (fille d'Amanata Traoré):

    J'irai
    Loin de mon pays
    Avec ses collines aux aurores parfumées
    Avec ses rives qui éclaboussent de gerbes de rires
    Avec ses savanes au cœur palpitant de silence
    J'irai
    Loin des miens
    Et ces mélodies qui bercent l'univers entier
    Et ces corps de lianes qui s'entrelacent
    Et ces femmes aux lèvres serties de lumière
    Et nos enfants aux regards a la douceur du miel
    J'irai
    Loin de moi
    Pour être près de vous
    Pour que nos cœurs chantent à l'unisson
    Pour que la peur et les doutes s'effacent
    Pour que les larmes tarissent
    Je m'évanouirai sûrement en mer
    Pour que vive en vous
    L'éternel espoir d'un matin nouveau

    Et une petite video qui suggère seulement mais qui me semble tout aussi poignante que les images réelles...

    ReplyDelete
  13. Des photos très fortes qui donnent à penser

    ReplyDelete
  14. ...surtout en ces jours où l'on célèbre la chute du mur de Berlin
    La première photo nous fait nous évader, la seconde nous écrase.

    ReplyDelete
  15. Miss Yves l'a particulièrement bien dit...

    ReplyDelete
  16. croire encore que la liberté est ailleurs ...

    ReplyDelete
  17. Fascinating -- I knew nothing about this place. And what powerful photos!

    ReplyDelete
  18. º° º°。☆ ★彡 Un petit coucou en passant chez toi ce mardi 11 novembre !

    Bonne continuation chère Thérèse et GROS BISOUS d'ASIE !!!

    ReplyDelete
  19. Not everyone has the chance to be born at the right place, in the right country... and then there are the borders, the walls!

    ReplyDelete
  20. Peu de murs tombent….tellement de murs sont érigés.

    ReplyDelete
  21. belle découverte cette photographe :)

    ReplyDelete
  22. J'aime beaucoup le symbole de l'oiseau qui s'envole par dessus le mur grillagé ! lourd de symbolisme !

    ReplyDelete
  23. Les corps énormes de ces femmes porteuses, quel choc ! J'ai mal pour elles, j'ai mal pour un système qu'on fait perdurer parce que le commerce des 'honnêtes gens' y trouve son compte.

    Très forte aussi l'image de l'oiseau survolant les fils de fer barbelés. Que la liberté est loin !

    ReplyDelete